jeudi 22 février 2018

Waterloo, morne plaine...

Il parait que ce sont les vainqueurs qui écrivent l'Histoire.
Toutefois, le temps altérant ce privilège, les perdants aussi s'expriment.

Je vous propose deux ouvrages relatant quatre jours de bataille qui ont changé le futur de l'Europe.
Le premier, est un récit que l'on qualifiera plutôt de "britannique" tandis que le second est véritablement plus "français".


Le 18 juin 1815, les armées de France, de Grande-Bretagne et de Prusse se rejoignent au creux d'une vallée tranquille et verdoyante au sud de Bruxelles. Durant les journées précédentes, l'armée française a combattu les britanniques au carrefour des Quatre-Bras et les Prussiens à Ligny. Les alliés battent en retraite.

WATERLOO est la chronique des trois jours qui ont précédé la bataille proprement dite et la description, heure par heure, de la journée du 18 juin.
Bernard Cornwell y combine ses talents de conteur et sa méticulosité d'historien pour nous offrir un récit fascinant et vivant. A travers des lettres et des journaux intimes, il jette une lumière nouvelle sur les pensées intimes de Napoléon et du duc de Wellington, ainsi que sur la vie et la mort d'officiers et de soldats ordinaires.

Un récit formidablement documenté qui ravira les amateurs d'histoire en général, et d'histoire napoléonienne en particulier.

 ***



A Waterloo, dans les plaines du Brabant, l'Europe coalisée mettait un terme à l'aventure d'un homme qui avait changé le monde.
Waterloo, c'est d'abord le choc de trois tempéraments: face au génie du petit corse, le flegme très professionnel de Wellington, sans état d'âme, allié à la haine farouche du prussien Blücher qui ne souhaite que pendre Bonaparte et dépecer la France.
Après Waterloo, le dix-huitième siècle se termine et, avec lui, le grand bouleversement révolutionnaire qui avait agité le continent. Le monde moderne peut naître.
Mais comment expliquer que des hommes, formés par vingt années de luttes incessantes, ont pu commettre autant de fautes, laissé s'échapper autant d'occasions ?
Waterloo, une guerre perdue d'avance ? Une catastrophe française ou un immense soulagement pour l'Europe ?
Waterloo, choc fondateur dont nous sommes, deux cents ans après, les témoins incrédules et les inévitables héritiers.

Lu pour vous,

Tortellini

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire