mercredi 27 septembre 2017

Cas d'école

Il y a quelques semaines, Irma dévastait l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin.
L'émotionnel étant retombé, le tri entre les véritables informations et les "fake news" ayant pu être fait, il est temps de tirer les leçons de cet évènement destructeur.


Ce n'est pas le phénomène météorologique qui nous intéresse mais bien les évènements qui ont précédés et succédés la catastrophe.


Effondrement de la normalité: les causes

Lorsque l'on vit dans les Caraïbes, on ne peut pas ignorer la saison des ouragans.
Au vu des conséquences, il est permis de se poser quelques questions au sujet de la population locale.
Pourquoi les habitations sont-elles presque toute construites en bois et tôle ondulée ? Tous le monde connait l'histoire des trois petits cochons.


Il n'y a donc pas de normes imposées pour que les habitations puissent résister à des vents de près de 300 km/h ? Et si c'était une question de bon sens ? A qui la faute ? Au Gouvernement ? A une population imprévoyante et donc irresponsable ?
A Saint-Martin, la catastrophe était doublement prévisible. Une zone à risques et des prévisions météo à quatre jours.


Une population imprévoyante

Comme partout, la population a attendu l'intervention de son gouvernement.
Comme partout, la population n'était pas préparée aux conséquences d'un évènement prévisible.



Inaction de la métropole

Par incompétence ou par volonté, le gouvernement français n'a pas agit dans l'intérêt vital d'une partie de sa population. Pourrais-t'on me rappeler le résultat des élections présidentielles dans cette région ?
Par comparaison, les Etats-Unis ont déplacé 6,3 millions de personnes
(seulement 36 milles âmes à Saint-Martin !).
La population américaine a reçu, elle, des consignes par voie de presse, a été informée.


Conséquences
  • Désertion du pouvoir public.
  • Pillages, règlements de compte et incitation au nettoyage ethnique.
  • Auto-défense encouragée par le peu d'autorité restant en place.
  • Disparition des infrastructures et des réseaux.
  • Problèmes sanitaires et médicaux.
  • Manque d'eau et de nourriture.
  • Campagne de désinformation et de censure.
  • Une classe politique très préoccupée par son image.
  • Exploitation commerciale de la crise par les compagnies aériennes.
  • Détournements de fonds et tentatives d'escroquerie via l'aide humanitaire.


L'Etat reprend la main

  • Timide déploiement militaire.
  • Des secours sans réels moyens.
  • Un discours politique pour parfaits crétins.
  • Un projet de reconstruction très peu audacieux.
  • Evacuation au compte-gouttes de la population sinistrée vers la Guadeloupe. Les femmes et les enfants d'abord. Le naufrage de la France !



Ce que nous devrions TOUS faire

  • Evaluer les risques probables.
  • Se préparer matériellement et psychologiquement afin de minimiser les conséquences.
  • Nous affranchir de notre dépendance vis-à-vis de l'Etat et de ses "services".
  • Devenir les principaux acteurs de notre vie.

Imaginons ce que serait une rupture de normalité à l'échelon national ou même européen.
Ou pire encore.
Les risques sont bien réels. Nier devient difficile mais bien peu tirent le signal d'alarme.
Il ne se passe pas un jour sans que les médias dominants ne nous parlent de transition. C'est la façon édulcorée de nous dire que notre vie va changer.


Viktor

Préparez vous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire